Blog du site annuaire-generaliste.ch
Sport

Le sport est bon pour le cerveau

Non seulement les activités de compétition, mais aussi celles pratiquées pour le plaisir, améliorent les capacités intellectuelles et aident à contrôler les mouvements. Avec des effets surprenants après une blessure

Effets immédiats

Quand on parle d’activité physique et sportive, la réflexion va aux muscles et aux articulations et c’est là que l’on imagine les effets de l’entraînement. Mais la machine qui permet au corps humain de marcher, de courir et de pratiquer tous les sports est beaucoup plus complexe et implique plusieurs zones du cerveau. « Des études réalisées avec l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et l’électroencéphalogramme montrent que le sport a des effets immédiats sur le cerveau». Par exemple, la performance sportive d’un individu est conditionnée par l’activité de son cortex cérébral préfrontal latéral, qui traite les sensations de fatigue, dépendant des mécanismes d’autoprotection cérébrale. » Mais le sport génère également une implication neuroendocrine-métabolique rapide, avec une augmentation des valeurs de cortisol, tandis qu’à la fin de l’effort aigu, en phase de récupération, il y a une augmentation de la production de testostérone, d’hormone de croissance et de prolactine « .

Cortisol et testostérone

L’importance d’un entraînement correct pour ceux qui pratiquent un sport est de plus en plus évidente, car il est facile de se tromper en termes de modalité et d’intensité. Un seul entraînement trop intense met le corps dans la douleur en raison de l’épuisement de l’énergie, mais pire encore, un surentraînement prolongé peut le faire. « Dans ces cas, le corps est exposé à une fatigue chronique, une véritable condition pathologique qui peut prendre trois ou quatre semaines pour récupérer », précise Porta. Une formation appropriée permet également d’optimiser la relation entre le cortisol et la testostérone. Plusieurs études ont montré que chez les personnes mal entraînées, chez qui  n’est pas optimisé, les temps de récupération entre un effort sportif et l’autre sont plus tardifs. En particulier, une équipe de notre institut a évalué les taux de cortisol et de testostérone dans un groupe d’athlètes qui ont participé à un marathon à quatre mille mètres d’altitude, en les comparant à ceux d’un groupe de volontaires sains « . Ce n’est pas seulement le sport de compétition qui interagit avec le cerveau et le système hormonal contrôlé par lui. L’activité physique pour le plaisir ou pour garder la forme affecte également les zones du cerveau.

Meilleures notes à l’école

Une revue des études sur la relation entre l’activité physique des enfants et les résultats scolaires ,a montré une relation positive: ceux qui pratiquent l’activité physique et sont plus en forme a un meilleur fonctionnement cognitif et plus de chances d’obtenir de bons résultats scolaires. « Les effets des nombreux éléments qui composent l’activité physique doivent encore être explorés en détail, tels que le type d’activité physique préféré, combien il est préférable de faire et à quelle fréquence », disent les auteurs de la revue.

Plus de mémoire

Il est maintenant établi par la recherche que le sport peut améliorer l’architecture de zones cérébrales importantes, telles que l’hippocampe, une structure qui fait partie du système limbique et qui est fondamentale pour le bon fonctionnement de la mémoire. « Un processus qui implique une amélioration des fonctions de mémoire (mémoire) et donc une plus grande facilité d’apprentissage », explique Porta. Cependant, les orientations les plus actuelles de la recherche sur la relation entre le système nerveux central et l’activité sportive impliquent d’autres zones cérébrales, peut-être moins connues des non-experts. Beaucoup d’intérêt s’est récemment déplacé vers le soi-disant système extrapyramidal, un ensemble de centres nerveux et de voies de connexion connexes, qui contribue involontairement au contrôle des mouvements, aux côtés du soi-disant système pyramidal, qui coordonne plutôt les mouvements volontaires.

Des améliorations à la simple pensée

Et même après une blessure, ce qui n’est pas rare chez les sportifs, le cerveau peut jouer un rôle spectaculaire et inattendu. « Nos recherches ont montré que le simple fait de penser à une activité motrice pendant une période d’immobilisation, par exemple d’un membre, facilite et raccourcit la période de rééducation », explique Porta. « Cela signifie aussi que ceux qui pratiquent un sport peuvent dans un certain sens entraîner leurs gestes en se limitant à penser à effectuer un mouvement correct, sans nécessairement avoir à le mettre en pratique ».

Visitez notre   salle de sport lille  pour des cours collectifs avec coachs d’exception, cross training, musculation…

Related posts

L’ostéopathie chez le sportif

J’ai testé les échasses urbaines : petit retour sur cette expérience !

Comment choisir ma salle de sport ?

Le mouvement est vital

Sport : les activités à pratiquer pour se préparer pour l’été 2022

Choisir le ring de boxe correspondant à votre budget

La boxe au travers du temps, une performance qui fascine